Interview consentie 

Une retraitée de la coiffure nous dévoile son top 5

Print Friendly, PDF & Email

Le milieu footballistique n’a pas l’apanage des coupes de cheveux farfelues. Cette saison nous a offert de magnifiques phénomènes capillaires.

Sylvie Bachmann est l’une des femmes les plus respectées dans l’univers de la coiffure de la NBA. Les cheveux gras dégueux au début de la carrière de Chris Kaman, les 18 couleurs sur la crâne de Dennis Rodman et la frange immonde et foirée d’Amam Morrison, c’est elle. Après 42 ans de carrière, elle nous décrypte aujourd’hui, avec son franc parlé, ce qu’il se fait de mieux en matière capillaire, le gratin du cheveu.

George Hill (Indiana Pacers)

« Alors là, je dois dire que ça été une des grandes frustrations de l’année. George était magnifique avec sa coupe blonde, style Jason Kidd aux Suns. C’était le parfait sexe-symbole, comme il le disait lui-même. Et ça lui donnait l’air d’un petit poussin mal luné. Il ne pensait pas revenir au noir dans l’année. C’est pourtant ce qu’il a fait en janvier dernier… Dommage ! Je pense qu’il faut patienter avant qu’il s’assume pleinement dans son style. J’ai ouïe dire qu’il pourrait se lancer dans le rouge pour la saison prochaine. »

Kevin Love (Cleveland Cavaliers)

« Au début, je n’ai pas trop compris. Le filet dans les cheveux, je croyais que c’était pour l’intersaison. Pour rire quoi, genre le type qui bosse à McDo. Mais finalement, ça lui donne des petits côtés dégueux à la Chris Kaman. Je pense qu’il veut se donner l’air d’un combattant qui vient de tomber du lit. Double effet capillaire en somme. Il fait ça bien. »

Elfrid Payton (Orlando Magic)

« Ça fait deux ans maintenant que c’est mon chouchou ! Quand je vois sa coupe poulpe, j’ai la banane tout simplement ! Sa crinière m’évoque tellement de choses à la fois : le Guernica de Picasso, le naufrage du Titanic, le chanteur de Tokio Hotel… C’est la liberté du cheveu dans toute sa splendeur. En plus, sa belle histoire capillaire a du sens. Comment ne pas être séduite ? »

Jérémy Lin (Charlotte Hornets)

« Magnifique ! Quelle métamorphose. Il s’est enfin lâché depuis sa période Knicks. Dieu qu’il était immonde… Cette saison, j’ai adoré sa période style Dragon Ball Z. Je crois que plusieurs ballons ont éclaté au contact de ses piques. Je ne vous livrerai pas le gel artisanal qu’il utilise, c’est secret ! »

Steven Adams (Oklahoma City Thunder)

« Absolument imbattable cette année ! La grosse queue de cheval et la moustache qui va bien, c’est le combo anti-nice guy parfait ! Un Khal Drogo des temps modernes. Normal pour ce fan absolu de Tom Selleck dans la série Magnum, non ? »

© photo : Erik Drost from United States (Kevin Love) [CC BY 2.0], via Wikimedia Commons

Quelque chose à redire ?

comments

Related posts