Bruits de vestiaire Exclusivité 

Small ball : le coup de gueule de certains pivots de la ligue

Print Friendly, PDF & Email

Certains d’entre eux estiment, qu’à cause de l’accélération du jeu, leur poste en sur le point de disparaître.

Ils ne veulent pas tomber dans le « c’était mieux avant », mais c’est tout comme. Certains géants de la ligue se plaignent de ne plus jouer suffisamment au profit d’un jeu porté à outrance sur la rapidité, le tir à trois points et qui s’appuie donc sur des postes de plus petite taille.

Parmi ces « indignés », on compte sans surprise Dwight Howard (Hawks), Joakim Noah (Knicks), Roy Hibbert (Hornets), Al Jefferson (Pacers), Zaza Pachulia (Warriors) ou Jonas Valanciunas (Raptors). Ensemble, ils signent une tribune à paraître prochainement dans la majorité des grands quotidiens de la presse américaine et dont « NBA sur écoute » a pu se procurer un extrait :

Nous, pivots de la ligue, nous n’acceptons pas notre situation actuelle et nous appelons à la Résistance. Cette ligue repose sur un ensemble de principes et de valeurs. De ces principes et de ces valeurs, nous avons aujourd’hui plus que jamais besoin. Il nous appartient de veiller tous ensemble à ce que notre ligue reste une ligue dont nous soyons fiers : pas cette ligue des shoots en moins de 7 secondes en transition, des shoots à 10 mètres, du jeu sans relation intérieur-extérieur.
Nous, pivots de la ligue, nous n’acceptons pas de voir certains d’entre nous propulsés dans le cinq majeur, donnant l’apparence d’un cinq classique, pour ne jouer que 10 minutes. On pense à Zaza. De la poudre aux yeux.
Nous, pivots de la ligue, nous pensons aux anciennes générations, d’il y a à peine deux décennies, portées par Shaquille O’NealHakeem Olajuwon, Patrick Ewing ou encore Alonzo Morning.

Ce collectif constate que les pivots à responsabilité se font de plus en plus rares. Hormis quelques exceptions comme DeMarcus Cousins, Hassan Whiteside, DeAndre Jordan ou encore Andre Dummond. Et encore, ils estiment qu’hormis les deux premiers, ainsi que dans une moindre mesure Joël Embiid, la plupart sont cantonnés à des tâches défensives. Résultat, seulement 11 d’entre eux dépassent les 30 minutes de temps de jeu, contre… 18 dans les années 1990.

Pour l’heure, on en sait peu sur les suites de ce mouvement naissant. « Une chose est sûre, s’il faut faire grève, on fera grève ! Vous voulez voir ce que donnerait une ligue sans pivot ? Vous allez voir », fulmine Dwight Howard, porte parole de ce collectif et dont le temps de jeu a diminué de près de 10 minutes en moyenne depuis sa période Orlando.

© photo : Keith Allison from Hanover, MD, USA (Dwight Howard) [CC BY-SA 2.0], via Wikimedia Commons

Quelque chose à redire ?

comments

Related posts