You are here
Bruits de vestiaire 

Sixers : Ish Smith déjà sur la sellette ?

C’est ce que laissent entendre les récents propos tenus par le General manager des Sixers, Sam Hinkie.

Il ne fait pas bon jouer correctement au basket ces derniers temps aux Sixers. Le meneur de jeu Ishmael « Ish » Larry Smith, 27 ans, récemment envoyé à Philadelphie, pourrait déjà faire ses valises. C’est ce qui ressort d’une conversation téléphonique, captée dans le vestiaire des 76ers, entre Sam Hinkie, GM de l’équipe, et un interlocuteur non identifié.

« On ne peut pas se permettre de le garder. Ce con-là nous fait gagner des matches…, déplore le manager. Je pense que c’est le bon moment de le trader ; sa cote est haute. On pourrait obtenir de nouveaux tours de draft avec. »

Là, Sam Hinkie commence à s’agacer au téléphone, une remarque de l’autre ne doit pas lui plaire : « Oui encore des tours de draft ! Bordel, tu sais que j’adore ça. Et c’est avec eux qu’on bâtit une dynastie. Un peu comme OKC mais en mieux. Eux sont allés bien trop vite dans leur reconstruction. Harden, Jackson, Lamb… Ils ont dû trader car trop de talents dans l’équipe. Il faut trader un jeune talent pour drafter d’encore plus jeunes talents. »

Difficile de décrypter la stratégie managériale du prophète Hinkie. D’autant que pour obtenir Ish Smith, il a dû laisser filer deux 2nds tours de draft (2016 et 2017).

Un nouveau pivot en vue ?

Son départ (en vue d’obtenir des premiers tours de draft donc ?) serait dans tous les cas une grosse surprise pour les 76ers. Car depuis son arrivée fin décembre en Pennsylvanie, les Sixers ont remporté 4 de leurs 12 derniers matches. Un bilan, pathétique certes, mais qui rendrait fiers nombre de supporteurs des Lakers. Surtout qu’avant Smith, « Philly », toujours en lice pour signer le pire bilan de l’histoire, n’avait gagné qu’un match… sur 31.

Fort de ses 17 points et 8 passes, le meneur arrivé de la Nouvelle-Orléans semble être la pièce manquante de cette équipe. Une pièce qui s’épanouit pleinement dans le rouage collectif, en témoignent son récent 8/28 aux shoots à New York.

Son transfert ne serait pas sans rappeler celui de Michael Carter-Williams, l’année dernière. Jeune meneur prometteur, rookie de l’année en titre et meilleur joueur de l’équipe, il avait été échangé contre… un choix de draft.

Un an plus tard, Sam Hinkie ne semble pas rassasié en évoquant la prochaine draft : « Je crois qu’il y a de bons prospects chez les pivots, non ? »

Quelque chose à redire ?

comments

Related posts