You are here
Bruits de vestiaire 

Pourquoi Nicolas Batum entame une grève de la faim

Une façon pour l’ailier français de s’insurger contre ses conditions de travail actuelles.

Les mauvaises nouvelles s’accumulent pour Nicolas Batum. Aujourd’hui, il dit ne plus avoir d’alternative. « Ma situation est telle que je démarre une grève de la faim à partir de samedi, défend-t-il dans une lettre publiée dans le Daily Charlotte. Je pense que c’est le seul moyen pour moi de mettre en lumière ma condition actuelle. »

 

À quoi fait-il ici référence ? À une escalade de complications démarrée l’été dernier. Son contrat d’abord, à 120 millions de dollars sur cinq ans. Une somme astronomique pour certains, mais loin de contenter le joueur apprendra-t-on par la suite. Ne se sentant « toujours pas traité à sa juste valeur », le Hornet finira par faire l’impasse plutôt que de réclamer… une cinquantaine de millions supplémentaires.

Snobé du all-star weekend

La saison démarre et le Français réalise que son équipe risque d’être « courte » pour accéder aux playoffs. Clairement, Charlotte ne joue pas dans la même catégorie que les Cavs, Raptors ou Celtics. Déçu collectivement, il connaît de nouveaux déboires sur le plan personnel en étant à nouveau snobé pour le prochain all-star game. « Ils auraient au moins pu m’inviter au concours à trois points sérieux…, regrette-il. Même le concours de dunks, je serais allé. »

La mauvaise nouvelle de trop ? Le transfert de… Roy Hibbert vers Milwaukee. « C’était vraiment le truc de trop. Je n’arrive toujours pas à croire que nous allons finir la saison sans lui. Adieu les playoffs et bonjour la grève de la faim. »

Cette grève symbolique pourrait durer au moins quelques heures à partir de maintenant.

© photo : Christopher Johnson (Flickr: DSC_2306) [CC BY-SA 2.0], via Wikimedia Commons

Quelque chose à redire ?

comments

Related posts