You are here
Exclusivité Rumeur very fiable 

Plusieurs équipes à l’est ravagées par une grave épidémie

La NBA, qui n’échappe pas aux épidémies de la saison hivernale, tente tant bien que mal de s’en défaire.

Grippes, gastro-entérites… Il est bien connu que la saison hivernale est propice aux virus épidémiques, qui déferlent actuellement sur la France, dont la presse, alarmiste, se fait l’écho. Outre-Atlantique, on n’échappe pas à ce phénomène.

En NBA, outre les petits soucis gastriques de Kevin Love, un vieux virus a refait surface. Un microbe qui a déjà fait de nombreuses victimes par le passé, tant parmi les joueurs que dans les franchises de la ligue. Un poison qui entrave toute capacité à se projeter vers l’avenir et viser le titre par exemple. Son nom : l’inconstance chronique.

« Le caractère épidémique de la chose ne fait aucun doute »

Comment cette maladie se traduit-elle concrètement ? « Par une incapacité à enchaîner des victoires face à des équipes réputées plus faibles, donne en exemple le docteur Bill Cowens, auteur de Clippers, chronique d’un échec éternel consentiLe phénomène existe depuis des années dans la ligue. Mais cette saison, le caractère épidémique de la chose ne fait aucun doute. »

L’expert pointe du doigt la conférence est. Selon lui, nombre d’équipes seraient touchées par cette inconstance : Detroit, Orlando, Indiana, Chicago, New York… « Tout le ventre mou de la conférence en gros ! », juge le professionnel.

 

Pistons, Wizards ou Magic n’ont pas été capables d’enchaîner plus de trois victoires de suite cette saison, les Pacers deux… Résultat, ce « ventre mou » est d’une densité insensée : seulement trois victoires séparent le 4ème de la conférence (Charlotte) au 11ème (Detroit). « Densité et médiocrité, tient à préciser Bill Cowens. Puisque aucune franchise n’arrive à enchaîner, qu’il n’y aucune vraie hiérarchie, cela tire l’ensemble vers le bas. »

Le remède à cette épidémie ? Les experts travaillent encore dessus.

© photo : Keith Allison from Hanover, MD, USA [CC BY-SA 2.0], via Wikimedia Commons

Quelque chose à redire ?

comments

Related posts