Bruits de vestiaire Exclusivité 

Pelicans : les coéquipiers d’Anthony Davis le trouvent trop perso

Print Friendly, PDF & Email

Certains Pelicans se sont montrés critiques envers leur leader, pourtant auteur de… 50 points dès sa première sortie de la saison.

Les visages sont marqués dans le vestiaire des Pelicans, ce mercredi soir : premier match à domicile et première défaite face à des Nuggets que les locaux imaginaient encore « tendres » avant l’entame du match. Mais ce n’est pas tant la courte défaite (102-107) qui affecte, mais la manière.

« En face, ils ont cinq joueurs à 11 points ou plus… », remarque un jeune Pelican qui préfère rester anonyme. Le sous-entendu est clair : la marque n’a pas aussi bien répartie de leur côté. La « faute » à un joueur, bouc-émissaire tout désigné : Anthony Davis. 50 points (17/34 aux tirs), 16 rebonds, 5 passes, 7 interceptions et 4 contres : pareille ligne de stats ferait rêver n’importe quel basketteur. Pas ceux de la Nouvelle-Orléans.

« Il joue trop perso, c’est incroyable, n’en revient pas un joueur. Il ne pense qu’à ses stats ! » « C’est usant, c’est comme ça depuis plusieurs années », regrette encore un autre. Des critiques qui peuvent surprendre au regard des 31 passes décisives cumulées par les Pelicans cette nuit… contre seulement 18 aux Nuggets. « Oui mais combien de passes à destination de Davis ? », observe, non sans manquer de justesse, le dernier cité.

Manque de confiance envers ses coéquipiers ?

« Si j’avais su…, poursuit de son côté Lance Stephenson, l’un des derniers arrivés dans l’équipe. Si je me suis battu pour être dans cette équipe, c’est pas pour avoir des miettes. Je préfère encore retourner aux Clippers à ce rythme-là. »

Cette situation, ô combien déjà explosive, étonne jusqu’à certains des plus grands analystes de la ligue. « Le comportement de Davis me pose question, souligne l’un d’eux. Comment peut-il ne pas faire confiance à des joueurs comme E’twaun Moore, Langston Galloway ou encore Dante Cunningham ? À ce rythme-là, ils ne feront jamais les playoffs. »

Des playoffs qu’ « AD » n’a connu une fois depuis le début de sa carrière. Sa prochaine occasion pour mieux partager le ballon sera ce vendredi, face à des Warriors, eux aussi au bord de la crise.

© photo : By GabboT [CC BY-SA 2.0], via Wikimedia Commons

Quelque chose à redire ?

comments

Related posts