You are here

Saison 2016-2017

Ceci n’est pas une vaste conspiration, mais cela y ressemble fort. Depuis le début des années 1990, les bien-pensants de la ligue se réunissent pour élaborer un plan triennal. Dans ce plan, tout est écrit. Absolument tout : qui sera champion ? Qui obtiendra le 1er choix de draft ? Quelle franchise sera autorisée à tel transfert ?

Pourquoi trois ans ? Parce que la ligue estime qu’au-delà, le public se lasse. Pas un hasard si Jordan est poussé à prendre sa retraite en 1993, privant les Bulls de quadruplé. Même chose pour les Lakers du début des années 2000. Les supporteurs n’en pouvaient plus de voir le duo Kobe-Shaq tout écraser. Le plan triennal 2003-2005 a ainsi été mis en place pour récompenser des équipes moins flamboyantes (Spurs et Pistons), mais qui correspondaient mieux aux attentes du public à cette époque. Puis on a fait revivre la rivalité Celtics-Lakers, puis le cycle de Miami est venu...

Nb : tout ceci a été (bien évidemment) écrit fin novembre 2015

Pour la saison 2016-2017, même si leur opus est bien moins brillant que le précédent, les Warriors dominent toujours la ligue en saison régulière. Parce qu'à la surprise générale, un certain Kevin Durant décide de signer en Californie. Après avoir dans un premier temps donné son accord aux Wizards de Washington, puis aux Pistons pour jouer avec son poto Reggie Jackson, Durant a fait un double volte-face. Une double DeAndre Jordan serait-on tentés de dire. En se fondant tellement bien dans le collectif, le duo Curry-Durant font des étincelles. Si bien qu'ils sont élus co-MVP (avec une mention « meilleur second rôle » pour Durant), alors que l'ancien coéquipier de « KD », Russell Westbrook (36 points, 9 rebonds et 12 passes de moyenne sur la saison) porte plainte contre la ligue, s'estimant volé.

Curry/Durant, double MVP

À l'Est, les Cavs restent au sommet. Ils sont renforcés en cours de saison par un certain Dwyane Wade, au bord du suicide par pendaison après un furtif passage aux Bulls, et futur meilleur 6ème homme de la ligue alors qu'il est censé compenser le départ de Kevin Love vers les Nets. À noter que LeBron James hésite longuement avant de repartir avec Cleveland, plutôt que de signer aux Lakers. À l'Ouest, Dallas, Houston et les Clippers s'arrachent pour le 8ème spot. Mais à la surprise générale, le Jazz coiffe tout le monde au poteau.

Pop' démission

De leurs côtés, les Spurs croient finir par trouver l'arme anti-Curry : Donald Sloan, l'ancien meneur titulaire des Nets. Le problème est qu'ils avaient oublié le recrutement de Durant. Spurs à la trappe, Pop' démissionne, tandis que Kawhi Leonard et LaMarcus Aldridge envisagent sérieusement de signer aux Warriors la saison suivante.

Cavs-Warriors, troisième du nom en finale. LeBron James, de moins en moins motivé, n'avait pas changé ces dates de vacances. Résultat, il quitte son équipe pour les Bahamas au milieu de la finale. Les Warriors, emmenés par un Curry pour une fois intenable en finale, l'emportent en cinq manches.