You are here
Bruits de vestiaire Exclusivité 

La NBA démantèle un Fight club à Chicago

La bagarre entre plusieurs joueurs des Bulls vient de révéler au grand jour la présence d’un dangereux club de ce genre à Chicago.

« La première règle du Fight club est : il est interdit de faire parler du Fight Club. » L’adage populaire est bien connu. Cette règle vient pourtant d’être enfreinte par plusieurs membres de l’équipe des Chicago Bulls. La presse américaine vient tout juste de rapporter qu’une bagarre avait éclaté, lors d’un entraînement, entre Nikola Mirotic et Bobby Portis.

Le premier cité s’est retrouvé avec la face toute rouge, tandis que le second s’en sort comme un prince en n’écopant que de 8 matches de suspension. Une absence qui ne sera bien sûr pas sans conséquence dans la course aux playoffs des Bulls qui perdent là deux valeureux soldats pour plusieurs semaines.

Cette histoire est le résultat d’une vaste incompréhension entre staff et joueur. Selon nos informations, Portis et Mirotic avaient l’habitude de s’adonner aux petits plaisirs de l’échange  de droites. Plusieurs membres des Bulls seraient même membres d’un « club » où les joueurs se retrouvent pour se battre. Un bon moyen de reprendre du poil de la bête et d’oublier les séries de défaites qui attendent l’équipe. Cette manie aurait pris une telle importance depuis la saison dernière qu’elle aurait poussé au départ de Jimmy Butler, Rajon Rondo ou Dwyane Wade, pourtant pas les derniers pour foutre des raclées.

« Si c’est votre première soirée au Fight Club… »

Dans sa volonté de reconstruction, les Bulls ont surtout voulu déconstruire ce « Fight club ». Mais Portis et Mirotic, déjà présents l’an passé, restent encore très actifs. Ce jour-là, l’Espagnol se serait montré particulièrement offensant à l’égard de Portis, prétendant qu’il n’était que « merde de ce monde prête à servir à tout » et qu’il n’était ni son « travail », « compte en banque », « voiture » ou « portefeuille ».

L’affaire aurait pu en rester là sans une médiatisation énorme, provoquant l’ire générale sur les réseaux sociaux. Et synonyme sans doute de la fin de cette pratique obscure.

Quelque chose à redire ?

comments

Related posts