En quête de vérité 

Kurt Rambis ne « like » sûrement pas le porno

Print Friendly, PDF & Email

« Mon humeur ? Je vais juste rentrer à la maison pour me détendre et décompresser un petit peu », a récemment lâché Carmelo Anthony après une énième gifle reçue à domicile (-27 face aux Raptors). Si le leader des New York Knicks est en panne d’inspiration côté détente et décompression, un conseil : passer un coup de fil à son coach intérimaire Kurt Rambis. Car ce dernier semble en connaître un rayon sur la question.

L’ancien Laker vient d’être pris en flagrant délit 2.0 : via son profil Twitter (43 000 followers), il aurait « liké » une photo pornographique. Le coquin ! Ladite image, postée par le délicieux @ilike2touch (profil étrangement porté disparu depuis), montre une femme en session intense d’auto-caresse. Avec une légende tout aussi éloquente : « Love female masturbation #NSFW ». Le mot-dièse « NSFW » signifiant « Not safe for work ». Bref, comme dirait Georges Frêche, tout ça n’est pas très catholique.

« Chez les Knicks, tout le monde se paluche »

Précision importante : la « love female » en question est typée asiatique. Il n’en fallait pas plus pour que certains y fassent un rapprochement avec… Jeremy Lin, l’ancien meneur de New York. Le remplaçant de Derek Fisher, lui aussi empêtré dans une délirante histoire avec Matt Barnes, serait tout simplement mélancolique depuis la fameuse « Linsanity », dernière fois que les Knicks ont fait parler d’eux en bien.

Oui car cette année, les New-yorkais patinent dans la semoule match après match, après un début de saison floué par un mirage letton, et se seraient sans doute passés d’une nouvelle affaire. Car évidemment, elle fait grand bruit dans les médias américains.


En réponse à cela, Rambis a trouvé la parade miracle habituelle : nier en bloc. Et ce, par la voix de Jonathan Supranowitz, le vice-président en charge des relations publiques des Knicks : « Kurt n’a pas liké ces tweets. Nous gérons avec Twitter pour que cela n’arrive plus. » Alors non, ce n’est pas Rambis non plus qui aurait suivi l’habillement nommée @GreatAssDaily (ou « jolis petits fessiers au quotidiens »), mais un vilain hacker.

Selon nos informations, Rambis aurait pourtant déclaré à son patron Phil Jackson : « J’avais juste besoin de me détendre et décompresser un petit peu. » Comme Melo, en fait. Quoi qu’il en soit, la situation a fait réagir les fans du monde entier. Certains se laissant aller à quelques saillies bien senties : « Chez les Knicks, sur le parquet ou en dehors, tout le monde se paluche. »

Il ne reste plus qu’à souhaiter un joyeux anniversaire à Monsieur Rambis, qui souffle ses 58 bougies en ce jeudi 25 février. On a bien quelques idées de cadeaux.

© photo : Keith Allison from Owings Mills, USA derivative work[CC BY-SA 2.0], via Wikimedia Commons

Quelque chose à redire ?

comments

Related posts