Bruits de vestiaire Exclusivité 

Kobe Bryant sur les Lakers : « Mes sacrifices de la saison dernière payent aujourd’hui »

Print Friendly, PDF & Email

Pour l’ancienne légende, le début de saison surprise des Lakers prouve les bienfaits de sa fin de carrière.

Sept victoires, dont certaines de prestige, pour seulement cinq défaites, une 7ème place à l’Ouest, une belle impression visuelle… C’est peu dire que la franchise des Los Angeles Lakers surprend tout son monde depuis le début de la saison. D’aucuns évoquent déjà des playoffs alors qu’on leur promettait un avenir dans les bas fonds de la ligue avant l’entame de l’exercice.

De quoi évidemment donner le sourire à un ancien de la maison Laker : un certain Kobe Bryant. Ce dernier dit « ne pas être surpris » par le démarrage en trombe de ses anciens coéquipiers. « Je vais vous dire quelque chose, poursuit-il sur un ton presque divin, je pense que mes sacrifices de la saison dernière et même ces deux dernières saisons payent aujourd’hui. C’était évident. »

« Leur enlever un maximum de pression »

Lorsqu’on lui demande ce qu’il entend par « sacrifices », Kobe enchaîne : « J’ai bien conscience d’avoir attiré beaucoup l’attention l’année dernière notamment. Mais vous croyez que ça m’a allait ? De prendre autant de tirs ? D’aller au all-star game ? Je l’ai fais pour le bien des jeunes. J’ai pu leur enlever un maximum de pression tout en leur permettant de progresser. Regardez D’Angelo [Russell] aujourd’hui ! Regardez Julius [Randle] ! »

Il termine : « Et puis, il ne faut pas oublier que sans notre saison de merde l’an passé, on ne récupérait pas Brandon Ingram par exemple. Je savais qu’après mon départ, la franchise n’avait plus aucune chance de signer de gros free agents. Alors, il fallait absolument miser sur les tours de draft. »

Autrement dit selon lui, l’arrivée de son ancien coéquipier Luke Walton ne coïnciderait en rien avec la bonne santé des Lakers. Ou même… avec son propre départ. Kobe modestie.

© photo : Keith Allison [CC BY-SA 2.0], via Wikimedia Commons

Quelque chose à redire ?

comments

Related posts