You are here
En quête de vérité 

Chris Bosh all-star, la carte fidélité a encore payé

Grâce à sa carte fidélité, l’intérieur du Heat de Miami vient d’être sélectionné par les coachs au All-star game, pour la 11ème année consécutive.

On l’appelle la « NBA King of skulduggery all-star loyalty card ». Ou littéralement : la carte de fidélité au all-star pour les rois de la filouterie. La ligue n’en distribue que quelques unes durant chaque décennie.

Chris Wesson Bosh, l’intérieur du Heat de Miami, en est l’un des heureux détenteurs. Selon nos informations de micros, son coéquipier Amar’e Stoudemire (six fois all-star) aurait tenté à plusieurs reprises de lui piquer. Car cette carte est un véritable « graal » pour tout joueur NBA.

En effet, chaque titulaire de la carte peut ainsi bénéficier de cinq à dix sélections automatiques au all-star game. Et ce, quel que soit le niveau de performance affiché durant la saison. En cas de sélection par le public, les points de fidélité sont ainsi repoussés à l’année suivante. Carmelo Anthony ou Chris Paul ont largement bénéficié de ce système par le passé. Sans oublier le vénérable Joe Johnson, dont le crédit fidélité s’est, malheureusement pour lui, épuisé la saison dernière*.

Pau Gasol recalé

Cette année, Bosh a dû montrer son passe-droit aux coachs car les fans lui ont préféré LeBron James, Paul George et Carmelo Anthony (qui garde ses points fidélité pour l’année prochaine donc, autrement dit, si les fans titularisent un joueur plus méritant et qu’il sort une nouvelle saison moisie, les coachs le repêcheront). Même la jeune tête brûlée des Knicks est plus populaire.

Chris Bosh (dé)coiffe ainsi Pau Gasol, dont l’évaluation statistique et les résultats collectifs sont pourtant (légèrement) supérieurs. L’ex-Raptor pourra encore souffler l’année prochaine : ses points fidélité lui permettront une nouvelle sélection automatique. En revanche, pour 2017, il ne devra compter que sur ses prestations pour participer à la grand-messe de la NBA. Oui car être all-star, parfois, ça se mérite.

* : Joe Johnson a été retenu par les coachs alors qu’il tournait péniblement à 15 points par match dans une équipe des Nets plutôt mal en point.

Quelque chose à redire ?

comments

Related posts