Bruits de vestiaire Hall of Fame 

Batum : « L’important pour moi, c’était de signer mon contrat »

Print Friendly, PDF & Email

L’ailier des Hornets se console comme il le peut après l’élimination face aux Espagnols, en quart de finale de JO.

« La triste fin d’une génération », titrait ce mercredi soir L’Équipe en référence à la lourde défaite subie par l’équipe de France de basket face à l’Espagne, en quart de finale des Jeux olympiques de Rio (Brésil). Forcément, dans le vestiaire des Bleus, c’est la tête des mauvais jours qui dominait. D’aucuns se demandaient comment ils avaient pu rater cette occasion en… bronze (pour le coup) d’aller titiller une nouvelle fois les Américains, en demi-finale des JO.

Pour Tony Parker et Florent Piétrus, c’était vraisemblablement la dernière sortie internationale. Pas pour la génération suivante, Nando de Colo et Nicolas Batum en tête, appelée à prendre le relais. Ce dernier n’a pas tout perdu cet été. Loin de là.

Car si le compteur à médaille olympique va rester à sec, le compte en banque, lui, va être bien arrosé les années à venir. Souvenez-vous, c’était il y a une éternité médiatique de six semaines : le Normand signait son extension de contrat. Ses 120 millions de dollars sur cinq ans, soit 24 millions la saison (soit, on le rappelle, deux Stephen Curry d’aujourd’hui), à Charlotte, vont faire de lui le sportif français le mieux payé de l’histoire.

Plus faible moyenne de points en carrière internationale

De quoi donner des ailes avant de s’envoler pour Rio, dans la foulée de cette signature. D’autant qu’il était tout simplement l’un des sportifs les mieux payés de l’événement, tout près d’un certain Kevin Durant. Problème : le Hornet n’a pas particulièrement brillé durant cette compétition. Malgré un temps de jeu relativement conséquent (22 minutes), il a terminé par sa plus faible moyenne de points dans une compétition majeure récente.

[infogram id= »a8e426a1-66b4-4676-942a-e9aa393ded46″]

Pire, lors du match couperet face aux Espagnols, il est quelque peu passé à côté : 0 point à 0/2 aux tirs. Que s’est-il passé ? Selon nos informations, le corps de Nicolas Batum était bien présent à Rio. Son esprit en revanche est tout simplement resté « scotché » à Charlotte, où il a signé son contrat.

Discussion choc avec… Evan Fournier

Il y a quelques jours, il aurait même parlé à Evan Fournier, l’arrière du Magic dont la négociation de contrat lui a sans doute été fatale pour être aux JO. « Tu as bien fait de rester pour ton contrat, gros, lui aurait dit Batum. C’était le plus important pour moi aussi. Le reste… Tu sais, quand Parker et les autres partiront, nous aussi on aura notre place d’office. Là d’accord, on devra peut-être commencer à se sortir les doigts du cul pour le leadership. »

Des propos peut-être choquants pour certains, mais qui en disent long sur son état d’esprit.

© photo : Christopher Johnson [CC BY-SA 2.0], via Wikimedia Commons

Quelque chose à redire ?

comments

Related posts